Lectures

La médiathèque municipale est une bonne mine de loisirs et constitue une sortie appréciée par les grands et les petits. Empruntez des livres le week-end pour vous évader en semaine !

Voici une sélection de livres qui m’ont touchée. Un certain nombre d’entre eux sont écrits par des femmes et parlent des femmes, mais pas tous !

Fantastique :

Le plus beau des cycles fantastiques :

Le cycle TerreMer, Ursula Le Guin.

L’auteur est la fille d’une anthropologue américaine célèbre. Elle a écrit ces petits romans avec un regard très juste et très simple. Je recommande cette lecture aussi à celles qui n’aiment pas le fantastique, car l’histoire racontée, même si elle est transposée dans un autre monde, est très sobre et aborde des thématiques universelles. Les personnages sont attachants et gardent chacun leurs mystères. Un très beau regard sur le monde, selon moi. Je ne me lasse pas de relire Tehanu, le dernier livre du cycle. Magique !

Tolkien (incontournable) Le seigneur des anneaux

M. Zimmer Bradley : Les dames du lac, le cycle du roi Arthur revu à une sauce plus romantique et plus féminine !

Science-Fiction :

L’échiquier du Mal, Dan Simmons

Romans féminins :

Ce que je sais à propos de Véra Candida, Véronique Ovaldé

Roman qui se lit vite, très facile. L’histoire prenante de femmes sur quatre générations. Ecrit à la manière des auteurs sud-américains (écriture fluide et très imagée, actions qui s’enchaînent, personnages hauts en couleur…). Prix Renaudot des lycéens 2009.

Trois femmes puissantes , Marie Ndiaye

Ne pas s’arrêter au début qui demeure opaque dans un premier temps. Ce sont trois histoires sans lien entre elles, qu’on peut commencer dans le désordre si on le souhaite (la dernière est la plus facile à lire). On est envoûtée ! Un roman de femme qui parle des hommes, qu’ils soient pères, frères, amants, maris, amis, de leur pouvoir sur nous et du nôtre sur eux ! Tout en suggestions…

L’amant de Lady Chatterley, D. H. Lawrence

Un classique de la littérature anglaise, facile à lire, édité en poche. Son côté sulfureux n’a pas résisté à la libération sexuelle de la fin du XXème siècle et peu de choses seraient à même de vous choquer à présent. C’est d’autant mieux car la beauté de cette jolie histoire d’épanouissement de soi et de sentiments n’en est que plus flagrante !

Une fois n’est pas coutume, je recommande aussi chaleureusement le film de Pascale Ferran avec  Marina Hands qui est absolument magnifique. (Il faut juste avoir trois heures libres devant soi !)

On peut même voir le film avant de lire le livre : pour une fois, les images imprimées dans notre rétine enchanteront encore plus notre lecture.

La jongleuse, Rachilde.

Roman écrit au XIXème, d’une rare audace pour l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>